Se souvenir des morts

Bloc Presentation

Bloc Oeuvre

Le 1er octobre 2015, dix personnes ont été tuées par balle au Umpqua Community College à Roseburg en Oregon. L’université de l’état de Washington où j’enseigne se situe assez près de la scène du massacre pour que les médias traitent la nouvelle comme étant locale et envoient des journalistes sur les lieux. C’était définitivement assez près de la scène pour que je pense : « et si… ».

La fusillade de Umpqua, écrit Nick Wing dans The Huffington Post, a été la 45e fusillade de l’année s’étant produite dans un établissement scolaire, ainsi que la 142e ayant eu lieu depuis la tuerie de la Sandy Hook Elementary School à Newtown au Connecticut en décembre 2012.

Plusieurs de ces fusillades ont été qualifiées de mass killing, qui se définit par le FBI comme un massacre par arme à feu comprenant quatre victimes ou plus excluant l’auteur de la tuerie. Beaucoup de personnes sont mortes dans nos écoles.

La fusillade de Umpqua m’a fait réagir. Que pouvais-je faire pour honorer les victimes de Roseburg en Oregon, que pouvais-je faire pour honorer celles du pays en entier? J’ai pensé qu’en prononçant tous ces noms, nous pourrons nous souvenir des victimes, nous pourrons confirmer leur existence et nous pourrons finalement préserver leur mémoire de l’oubli.

John Barber
Artiste
Vancouver, États-Unis
Sarah Grenier-Millette
Membre actuel, Traduction / Adaptation française, Trésorerie
Montréal, Canada
Ariane Savoie
Membre actuel, Rédacteur/rédactrice en chef (numéro à venir), Traduction / Adaptation française
Montréal, Canada