Jean-Pierre Balpe

Bloc Presentation

Bloc individu

Jean-Pierre Balpe
Comité-conseil
Paris, France
Générateur automatique de paysages caussenards : t.co/JjWIBeIIS2

Jean-Pierre Balpe est né à Mende, France, en 1942. Se distinguant d’abord comme poète (son premier recueil, Naissance de l’aube, paraît en 1966), Balpe développe parallèlement une pratique de traducteur. Nous lui devons les adaptations de plusieurs poètes russes et ouzbeks, dont Innokenti Annenski et Machrab. Dans sa carrière littéraire, Balpe témoigne très tôt d’un intérêt marqué pour les nouveaux médias, tout spécialement pour la littérature générative.

À la fois créateur et théoricien, il participe à des expositions où il présente ses logiciels d’écriture automatique (notamment au centre Georges Pompidou, en 1985 et en 1987-1988) et publie plusieurs essais académiques marquants (Hyperdocuments, hypertextes, hypermédias, 1990; Contextes de l’art numérique, 2000; etc.). Dès 1990, il prend d’ailleurs la tête du département hypermédia de l’Université Paris 8, duquel il restera directeur jusqu’en 2005.

Balpe a souvent collaboré avec quelques-unes des figures les plus en vue du paysage numérique actuel, dont Gregory Chatonsky, avec qui il réalise l’œuvre Peoples et le projet de groupe rock Capture (auquel participent également Olivier Alary, Jacopo Baboni Schilingi, Crystelle Bédard, Thomas Hueber, Nicolas Reeves et Dominique Sirois).

En solo, Balpe est surtout connu pour La Disparition du Général Proust, une œuvre Web monumentale composée d’un réseau de blogues et de comptes Flickr. Dans La Disparition, impossible de tracer la ligne entre ce qui est le produit des générateurs de Balpe et ce qu’il a lui-même écrit. La confusion est complète, mettant en valeur l’aspect rhizomatique du Web et la conflagration des figures de l’auteur à l’ère du numérique. L’œuvre Web de Balpe est d’ailleurs hantée par Marc Hodges, son double qui lui échappe, le hante, le harcèle et le nargue. Conjuguant pratique compulsive du blogue et travail de brouillage incessant, Balpe pose ainsi les balises d’un Web 2.0 ludique où prennent vie des personnages d’un type nouveau.